s

Nullam id dolor id nibh ultricies vehicula ut id elit. Aenean eu leo quam. Pellentesque ornare sem lacinia quam.

732/21 Second Street, Manchester,
King Street, Kingston United Kingdom

(65)323-678-567
(65)323-678-568
info@photographytheme.com

Pi Fb In Fl
  • No products in the cart.

Une photo argentique

la prise de vue

Première étape, la prise de vue. Que ce soit en studio, dans la rue ou lors d’une séance en intérieur, je prends le temps de m’imprégner de l’ambiance, de la symétrie de ce qui m’entoure, de la lumière. Mes appareils ont tous un point commun : ils n’ont pas de mise au point automatique. Je dois donc prendre le temps d’observer le sujet dans mon viseur, de faire la mise au point.

Puis d’appuyer sur le déclencheur. Clic. Clac.

le film

Cette vision est ensuite fixée sur un support négatif. Ce négatif doit être développé en un temps donné, selon sa sensibilité, sa marque, sa finesse.

Je travaille essentiellement avec des films Ilford et Kodak. La Kodak TriX 400 et la Ilford HP5+ sont mes deux pellicules de prédilection. Je les travaille à toutes les sensibilités, en poussant ou retenant le film, selon mes envies et ce que je veux faire.

Je développe ces films moi-même, en prenant soin d’obtenir un négatif le plus proche possible de ce que j’ai photographié.

le tirage

La partie où le négatif devient un positif, c’est à dire où l’image apparaît telle qu’imaginée lors de la prise de vue.

Il faut illuminer le papier, avec la bonne dose de lumière, la bonne dose de contraste, reprendre une ombre, ajouter de la lumière, la retenir.

C’est un jeu, où mains, masques, baguettes et caches volent autour de l’image, entre la lumière et le papier.

Je tire essentiellement sur papier baryté Foma, Ilford ou Bergger.

les finitions

Une fois les épreuves bien rincées, j’applique un bain de blanchiment (si nécessaire) et un virage au Sélénium. Ce virage a deux propriétés : renforcer les noirs et les contrastes et surtout renforcer la longévité des photos dans le temps, en évitant le jaunissement par exemple. Ces bains spécifiques sont appliqués avec toujours à l’esprit l’obtention d’une épreuve proche de la vision que j’avais lors de la prise de vue.

Enfin, la photo est retouchée, au ferricyanure pour éclaircir des zones, et, une fois séchée, elle passe au repiquage, pour enlever les petits défauts de la photo.

Ça y est, le tirage est près !

Une photo argentique